19 . 4 . 2014

Archive for the ‘ansej’ Category

Je ne parlerais pas de Khalifa ! Par Kamel DAOUD

Flux RSS de la Source : Kamel Daoud Le 29 December 2013 @ 08:25

Daoud

Qu’est-ce qu’un peuple ? C’est ce qui reste quand on écarte la foule, les gens que l’on déteste, les malfrat, les assis, les nus, les émeutiers, les colériques, les serviteurs du régime. C’est-à-dire quand il ne reste rien que l’hymne et le poème.

Le peuple est un concept pour qui l’on meurt, pour qui l’on se sacrifie et avec qui on discute quand on veut avoir de grandes idées et une fin honorable. C’est comme l’amour, mais avec des millions d’enfants et la mort pour épouse. Un peuple se mange, se dégrade, se dissout ou se lève ou s’assoie ou se chante et se disperse dans le rassasiement. La guerre de Libération ou un match de foot contre l’Egypte peuvent en accoucher, le socialisme peut en corrompre le sens et la semoule pour en tuer l’essence. Aujourd’hui ? L’Algérie a détruit son peuple pour ne garder que sa foule : une hideuse multitude cupide, veule, mal éduquée, sournoise, colérique, violente et qui ne voit le monde que comme un pain et l’art que comme une dépravation sexuelle ou  presque. C’est ce que le régime a fait du peuple algérien : un slogan et des semelles.

Difficile de le dire et de l’admettre et de l’avouer, mais le peuple algérien n’existe presque plus, ou si rarement ou tellement peu qu’il devient un miracle. Deux décennies d’encanaillement on accouché d’une nouvelle jeunesse façon Chourouk/Ansej qui ne croit en rien et qui arrache ses nourritures par la force et pas par l’effort et qui coupe la route, pas la barbe. On a beau parler de régime, d’injustice et de victime, mais chacun de nous croise ce peuple, chaque jour et évite d’en fixer trop longtemps la face hideuse et la laideur alimentaire et l’obésité mentale et la maigreur su sens. Qui a fabriqué l’autre ? Le régime ou le peuple ? On ne sait plus entre régime et foules. On ne sait plus si ce peuple est le produit du régime ou si ce régime est le produit de ce peuple qui n’existe plus.

Du coup, lorsqu’on comprend que le peuplen’existe pas, qu’il y a seulement des classes sociales, de la semoule et du pétrole, tout s’éclaire et on s’adosse au mur et on baisse les bras presque : on nepeut plus alors parler de khalifa, de Saïdani, du DRS, du FLN, du RND et des enfants de chouahada ou desenfants de criquets parce qu’on aura compris que cepeuple est gouverné non pas par un régime, mais par ses propres impuissances, sa vilenie, ses lâchetésintimes, ses cupidités, ses peurs surtout. Saidani n’est qu’un instrument de musique et la musique est jouépar le ventre et le bas ventre.

Quand on n’a pas de peuple, on a le reste de ce qui se passe chez nous, qui scandalise mais sans faire bouger le muscle, qui indigne mais sans réaction, qui offusque mais sans révolution. La fin de l’année ?En quoi ? En rien : elle inaugure son propre retour : vous aurez à manger du Bouteflika, de l’Ansej, de sa religion des gueux et des dévots, du Chourouk et de l’ANSEJ et des fatwa sur l’obligation de manger trois dates à la rupture du jeûne.

Et cela blesse l’image que l’on a des siens, l’image idéalisée, mais cela est la réalité : celle du feu rouge grillé et de la saleté ambiante. Cela indigne une telle indignation, mais cela est une erreur que de la croire insultante alors qu’elle n’est que vérités blessantes. Le sentiment de fusion qu’ont certaines élites avec le concept de « peuple » les rend myopes, susceptibles et les fourvoie dans de fausses amours.  Ce peuple n’existe plus, il faut en accoucher encore une fois. Cela explique tout ce qui nous arrive. Rend logique notre écrasement et transforme en justice notre injustice subie. Un peuple qui explique que la femme est une impureté, qui croit que les ablutions le lavent de ses crimes et ses actes, qui défend Dieu en se prenant pour Dieu, qui parle de complot juif, de l’Islam comme d’une excuse, qui déteste l’humanité, qui se prend pour un héros à cause d’une seule guerre gagnée et qui refuse d’écouter, d’accepter et d’apprendre, n’est pas un peuple.

C’est juste une foule accrochée à un pays de carottes. Réveillez-vous ! Réveillez-les ! Khalifa ou Saïdani ne sont rien à coté de ce naufrage. Quand un malade arrive à s’imposer à un peuple, c’est que ce peuple est un mort. C’est simple et c’est tout.

The post Je ne parlerais pas de Khalifa ! Par Kamel DAOUD appeared first on Algérie Focus.

[Lire l'article complet sur le site source... ]

ANSEJ : Les délais de remboursement rallongés

Flux RSS de la Source : La rédaction Le 28 December 2013 @ 14:17

ansej algérie

Les dossiers de crédits bancaires, accordés dans le cadre du dispositif ANSEJ, aux jeunes qui veulent créer leur petite ou moyenne entreprise, seront “automatiquement” tous acceptés, indique le Ministère des finances.

Au lieu de réfléchir à mettre sur pied un tissu économique avec des bases solides, voilà que les autorités décident de faire dans le “populisme” en donnant instruction aux banques d’accepter “automatiquement” tous les dossiers de financement d’entreprises dans le cadre de l’ANSEJ. C’est ce qu’a déclaré, vendredi, le Ministre délégué chargé de la réforme administrative, Mohamed Ghazi, à Taref, en marge d’une visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Selon lui, Sellal a donné instruction au Ministre des finances afin que tous les dossiers ANSEJ soient acceptés. Les banques sont donc réduites à exprimer des craintes, quant à l’incapacité des demandeurs à s’acquitter de leurs dettesDes dispositions seront nécessairement prises pour recouvrir ces dettes. Le Trésor public devrait certainement prendre à sa charge ces dettes non recouvertes.

Un taux de remboursement inférieur à 70%

Par ailleurs, le directeur général de l’ANSEJ, Mourad Zemali, a indiqué que ses services ne procéderons plus à la dissolution des entreprises, dont les responsables ne se sont pas acquittés de leurs dettes. “Un échéancier leurs sera proposé”, a-t-il affirmé dans des déclarations reprises par le quotidien arabophone El Khabar. D’après ce-dernier, cette initiative vise deux objectifs. D’un côté, elle va permettre la survie des entreprises en question, surtout celles qui ont du potentiel. De l’autre, l’ANSEJ pourra éventuellement récupérer les sommes d’argent avancées. Zemali a également signalé que le taux des nouveaux “patrons”, propriétaires des entreprises ANSEJ, qui remboursent leurs dettes est de 63%. Ce qui est, selon lui, appréciable.

Vers la fin des poursuites judiciaires ?

En tous cas, les jeunes n’ont plus à craindre des poursuites judiciaires s’ils ne remboursent pas, dans un bref délai, leur prêt. En novembre dernier, le directeur général de l’ANSEJ voulait encore frappé les esprits en annonçant que plus de 5.400 jeunes bénéficiaires d’un crédit serait poursuivi en justice pour non-remboursement. Une annoncne confirmée par Sellal, alors qu’il se trouvait en déplacement à Khenchela. Avec le rééchelonnement du délai de remboursement, les jeunes bénéficiaires n’ont plus à craindre une action en justice. 

Elyas Nour

The post ANSEJ : Les délais de remboursement rallongés appeared first on Algérie Focus.

[Lire l'article complet sur le site source... ]

Alger : bientôt des parkings intelligents pour remédier à l’absence d’espaces de stationnements

Flux RSS de la Source : La rédaction Le 16 December 2013 @ 17:30

parking intelligent

A Alger, les autorités locales sont déterminées à lutter contre l’absence d’espaces de stationnements. Et pour ce faire, une seule solution est possible et imaginable : les parkings intelligents. 

Lors d’une journée d’étude sur la mobilité urbaine organisée par l’Assemblée populaire de wilaya (APW) d’Alger, il a été annoncé qu’une expérience pilote sera tentée la semaine prochaine. L’objectif est de doter la capitale algérienne du premier parking “intelligent”. Ce type de parkings, très répandu dans les grands centres urbains en Asie, consiste en une construction métallique en hauteur d’une capacité de 16 à 24 véhicules, démontable, adapté aux besoins des quartiers en matière de stationnement et dont le coût de la mise en oeuvre serait de 150 millions DA, a-t-on expliqué à la wilaya d’Alger.

Un premier opérateur privé a d’ores et déjà été choisi pour tester ce type parkings.  ”Compte tenu de la topographie de la ville d’Alger, le parking à 16 places et le plus indiqué. Il peut être installé, en 30 jours, sur un terrain de 30 m² et démantelé en 5 jours”, a précisé dans une déclaration à l’APS, Mebarek Boukaba, le manager de cet opérateur privé.  ”Une fois la formule du parking intelligent adoptée, il est possible d’engager un partenariat avec l’Ansej dans le cadre de la lutte contre les parkings sauvages”, a assuré sur un ton enthousiaste cet interlocuteur.

Il est à signaler enfin que la construction des parkings à Alger est l’un des chantiers prioritaires de la wilaya et des autorités locales. Pour l’heure, un programme est en cours de réalisation afin de généraliser les parkings à travers le territoire de la wilaya.

 

 

The post Alger : bientôt des parkings intelligents pour remédier à l’absence d’espaces de stationnements appeared first on Algérie Focus.

[Lire l'article complet sur le site source... ]

Alger : bientôt des parkings intelligents pour remédier à l’absence d’espaces de stationnements

Flux RSS de la Source : La rédaction Le 16 December 2013 @ 17:30

parking intelligent

A Alger, les autorités locales sont déterminées à lutter contre l’absence d’espaces de stationnements. Et pour ce faire, une seule solution est possible et imaginable : les parkings intelligents. 

Lors d’une journée d’étude sur la mobilité urbaine organisée par l’Assemblée populaire de wilaya (APW) d’Alger, il a été annoncé qu’une expérience pilote sera tentée la semaine prochaine. L’objectif est de doter la capitale algérienne du premier parking “intelligent”. Ce type de parkings, très répandu dans les grands centres urbains en Asie, consiste en une construction métallique en hauteur d’une capacité de 16 à 24 véhicules, démontable, adapté aux besoins des quartiers en matière de stationnement et dont le coût de la mise en oeuvre serait de 150 millions DA, a-t-on expliqué à la wilaya d’Alger.

Un premier opérateur privé a d’ores et déjà été choisi pour tester ce type parkings.  ”Compte tenu de la topographie de la ville d’Alger, le parking à 16 places et le plus indiqué. Il peut être installé, en 30 jours, sur un terrain de 30 m² et démantelé en 5 jours”, a précisé dans une déclaration à l’APS, Mebarek Boukaba, le manager de cet opérateur privé.  ”Une fois la formule du parking intelligent adoptée, il est possible d’engager un partenariat avec l’Ansej dans le cadre de la lutte contre les parkings sauvages”, a assuré sur un ton enthousiaste cet interlocuteur.

Il est à signaler enfin que la construction des parkings à Alger est l’un des chantiers prioritaires de la wilaya et des autorités locales. Pour l’heure, un programme est en cours de réalisation afin de généraliser les parkings à travers le territoire de la wilaya.

 

 

The post Alger : bientôt des parkings intelligents pour remédier à l’absence d’espaces de stationnements appeared first on Algérie Focus.

[Lire l'article complet sur le site source... ]

Alger : bientôt des parkings intelligents pour remédier à l’absence d’espaces de stationnements

Flux RSS de la Source : La rédaction Le 16 December 2013 @ 17:30

parking intelligent

A Alger, les autorités locales sont déterminées à lutter contre l’absence d’espaces de stationnements. Et pour ce faire, une seule solution est possible et imaginable : les parkings intelligents. 

Lors d’une journée d’étude sur la mobilité urbaine organisée par l’Assemblée populaire de wilaya (APW) d’Alger, il a été annoncé qu’une expérience pilote sera tentée la semaine prochaine. L’objectif est de doter la capitale algérienne du premier parking “intelligent”. Ce type de parkings, très répandu dans les grands centres urbains en Asie, consiste en une construction métallique en hauteur d’une capacité de 16 à 24 véhicules, démontable, adapté aux besoins des quartiers en matière de stationnement et dont le coût de la mise en oeuvre serait de 150 millions DA, a-t-on expliqué à la wilaya d’Alger.

Un premier opérateur privé a d’ores et déjà été choisi pour tester ce type parkings.  ”Compte tenu de la topographie de la ville d’Alger, le parking à 16 places et le plus indiqué. Il peut être installé, en 30 jours, sur un terrain de 30 m² et démantelé en 5 jours”, a précisé dans une déclaration à l’APS, Mebarek Boukaba, le manager de cet opérateur privé.  ”Une fois la formule du parking intelligent adoptée, il est possible d’engager un partenariat avec l’Ansej dans le cadre de la lutte contre les parkings sauvages”, a assuré sur un ton enthousiaste cet interlocuteur.

Il est à signaler enfin que la construction des parkings à Alger est l’un des chantiers prioritaires de la wilaya et des autorités locales. Pour l’heure, un programme est en cours de réalisation afin de généraliser les parkings à travers le territoire de la wilaya.

 

 

The post Alger : bientôt des parkings intelligents pour remédier à l’absence d’espaces de stationnements appeared first on Algérie Focus.

[Lire l'article complet sur le site source... ]

Alger : bientôt des parkings intelligents pour remédier à l’absence d’espaces de stationnements

Flux RSS de la Source : La rédaction Le 16 December 2013 @ 17:30

parking intelligent

A Alger, les autorités locales sont déterminées à lutter contre l’absence d’espaces de stationnements. Et pour ce faire, une seule solution est possible et imaginable : les parkings intelligents. 

Lors d’une journée d’étude sur la mobilité urbaine organisée par l’Assemblée populaire de wilaya (APW) d’Alger, il a été annoncé qu’une expérience pilote sera tentée la semaine prochaine. L’objectif est de doter la capitale algérienne du premier parking “intelligent”. Ce type de parkings, très répandu dans les grands centres urbains en Asie, consiste en une construction métallique en hauteur d’une capacité de 16 à 24 véhicules, démontable, adapté aux besoins des quartiers en matière de stationnement et dont le coût de la mise en oeuvre serait de 150 millions DA, a-t-on expliqué à la wilaya d’Alger.

Un premier opérateur privé a d’ores et déjà été choisi pour tester ce type parkings.  ”Compte tenu de la topographie de la ville d’Alger, le parking à 16 places et le plus indiqué. Il peut être installé, en 30 jours, sur un terrain de 30 m² et démantelé en 5 jours”, a précisé dans une déclaration à l’APS, Mebarek Boukaba, le manager de cet opérateur privé.  ”Une fois la formule du parking intelligent adoptée, il est possible d’engager un partenariat avec l’Ansej dans le cadre de la lutte contre les parkings sauvages”, a assuré sur un ton enthousiaste cet interlocuteur.

Il est à signaler enfin que la construction des parkings à Alger est l’un des chantiers prioritaires de la wilaya et des autorités locales. Pour l’heure, un programme est en cours de réalisation afin de généraliser les parkings à travers le territoire de la wilaya.

 

 

The post Alger : bientôt des parkings intelligents pour remédier à l’absence d’espaces de stationnements appeared first on Algérie Focus.

[Lire l'article complet sur le site source... ]

Plus de 30% des bénéficiaires de l’ANSEJ ne remboursent pas

Flux RSS de la Source : La rédaction Le 13 November 2013 @ 14:27

ansej

Les crédits que donnent l’Etat aux jeunes “promoteurs” dans le cadre de l’ANSEJ ne sont pas forcément remboursés. Une bonne partie d’entre eux tentent de manquer à l’obligation de payer leurs dettes.

Après les déclarations du Directeur général de l’ANSEJ, c’est le Premier ministre, en personne, qui a révélé, lors de son déplacement à Khenchela, que  70% des bénéficiaires des crédits dans le cadre de l’ANSEJ remboursent leurs crédits. Ce qui signifie que 30% d’entre eux ne le font pas. “Il y a des gens qui disent qu’on donne de l’argent aux jeunes sans qu’ils ne le remboursent. Il y a plus de 70% de jeunes qui ont remboursé les crédits contractés dans le cadre de l’ANSEJ”, a déclaré Abdelamlek Sellal, qui encourage les jeunes algériens à demander d’avantages de crédits.

5.400 bénéficiaires poursuivis en justice

La veille de la sortie du Premier ministre, le Directeur général de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ) avait affirmé que son établissement va déposer plainte contre ceux qui ne remboursent pas. Mourad Zemali a affirmé que 5.400 jeunes bénéficiaires vont être poursuivis en justice.

Malgré ce chiffre, qui n’est pas alarmant, le gouvernement compte toujours sur ce dispositif pour tenter d’absorber le chômage.

Les entreprises créées dans le cadre de l’ANSJ connaissent un faible taux de mortalité, indiquent les responsables de l’établissement. Mais ces derniers rencontrent un problème de taille : une bonne partie des demandeurs de crédits se concentrent sur des activités de services, notamment le transport et la location de véhicules. L’ANSEJ ne donne plus d’agrément pour ce genre de sociétés.

Essaïd Wakli

The post Plus de 30% des bénéficiaires de l’ANSEJ ne remboursent pas appeared first on Algérie Focus.

[Lire l'article complet sur le site source... ]

Ceux qui n’ont pas remboursé le prêt de l’Ansej seront poursuivis

Flux RSS de la Source : La rédaction Le 12 November 2013 @ 17:55

ansej algérie

L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) a déposé des plaintes à l’encontre de 5400 jeunes qui ont bénéficié d’un financement de l’Etat mais qui n’ont pas remboursé leurs crédits.

S’exprimant dans une émission diffusée hier sur la chaîne de télévision Ennahar, Mourad Zemali, le DG de l’Ansej, a affirmé que la structure qu’il dirige sera désormais plus stricte avec les jeunes qui veulent  profiter de cette manne financière sans une réelle intention de créer une entreprise. A cet effet, celui-ci indique que l’Ansej n’accordera plus de quitus pour les projets liés au transport (transport public, de marchandises ou location de voitures).Selon Mourad Zemali, ceux qui veulent bénéficier des aides de l’Etat devront proposer des projets industriels, agricoles, du bâtiment, de l’hydraulique ou des technologies de l’information et de la communication. Ce dernier signale que le nombre de demande pour des véhicules (transport et location de voitures) dépasse les 100 000, un nombre considérable.  Selon lui, si l’Ansej avait avalisé tous ces projets, ce serait une catastrophe.

Donnant quelques détails, la DG de cette agence a signalé qu’il y a 280 000 entreprises créées grâce à l’Ansej. Seul 4.39% ont échoué, ce qui fait près de 14 000 entreprises. Les responsables de ces dernières n’ont donné aucun signe de vie. Le premier responsable de l’Ansej estime que ceux-là vont être tous poursuivis. En dernier lieu, Zemali encourage les jeunes à se lancer dans une aventure comme celle-ci en optant pour un projet productif afin de bénéficier des aides de l’Etat. Celui-ci rappelle par ailleurs, que les plus hautes autorités du pays ont décidé que 20% des marchés seront attribués à des petites entreprises créées dans le cadre de l’Ansej.

Elyas Nour

The post Ceux qui n’ont pas remboursé le prêt de l’Ansej seront poursuivis appeared first on Algérie Focus.

[Lire l'article complet sur le site source... ]

Comment l’Algérie a-t-elle pu devenir une monarchie ? Par : Kamel DAOUD

Flux RSS de la Source : La rédaction Le 19 October 2013 @ 08:20

Bouteflika

Les mauvaises langues le disent : cela ne sera pas le 4ème mandat d’Abdelaziz Bouteflika, mais le premier mandat de Saïd, son frère. « Et le pire, c’est qu’il se trouvera dans ce pays des gens qui vont applaudir la formule et l’expliquer comme une solution unique au pays », comme le fait remarquer un ami.

Question de fond : comme les Bouteflika ont-il pu convertir une république à la longue tradition collégiale en une monarchie de famille avec sujets, Makhzen, affidés, serviteurs, cours et palais ? Par quel tour de force peut-on faire basculer une nation entière dans un royaume ? C’est tout le mystère « Saïd », disent les mauvaises langues. Trop de rumeurs, d’on-dit, de propagandes, de désinformations ont vite fait de placer le frère dans le statut du Général X, mais en formule civile. Saïd est dit derrière le doigt tremblant de Abdelaziz qui signe les listes et les nominations. On le prétend derrière les coups de fils de l’Oukaze, le harcèlement de Hichem Aboud, la distribution des grands contrats, l’ANSEJ nationale et l’ANSEJ international (distribution des ressources du pays pour gagner des soutiens électoraux). Le frêle ex-syndicaliste serait donc l’avatar du général Mediene et avec les pouvoirs du DRS dans un seul répertoire téléphonique. Sa force ? La légitimité de son frère. C’est ainsi que certains expliquent l’empire supposé de ce frère.

Bouteflika (le Abdelaziz) est désormais légitime : on ne peut pas le tuer, le démissionner, le chasser ou le renvoyer sans dégâts internationaux graves. Pire encore, le bonhomme aurait affaiblit ses adversaires et clientélisé ses soutiens au sens le plus large. A la fin, la république se monarchise dit-on, par simple jeu de chiffres et de deniers. Du coup, son frère devient encore plus puissant dès que le frère devient plus malade.

Mais Saïd est-il l’imminence grise, le Raspoutine de notre décennie ? Est-il si puissant ou veut-on seulement accabler l’homme pour mieux le décréditer ? Est-ce un mythe ou une diffamation sans fin ? On ne sait pas. La tradition algérienne aime le jeu d’ombres. Si le Général X n’existait pas, l’opinion algérienne un peu paranoïaque depuis sa dernière guerre de libération, l’aurait inventé. Pour ceux qui se souviennent, le cas Saïd rappelle un peu le cas des Bouroukba de l’époque Chadli. Ou de la fameuse zaouïa de Mostaganem. Les Algériens aiment ce people de la clandestinité. Cela explique mieux le politique et déresponsabilise dans le confort. Les apparences sont trompeuses mais, surtout, chez nous elles sont tenues pour être décevantes. Autant se fabriquer un mythe Saïd ou en profiter comme le ferait Saïd.

Le Quatrième mandat ? Selon les uns donc, cela sera Bouteflika. Le frère, pas l’actuel. L’actuel étant malade, lent et incapable de menercampagne, il servirait de prête-nom à cette stratégie de succession fermée. Possible. Reste que c’est inexplicable : comment l’Algérie si rebelle, si émeutière, si méfiante envers le monarchisme, si moqueuse du règne alaouite voisin, allergique au personnalisme au point d’avoir enterré Messali sans honneur, en est venu à ceci ? Comment sommes-nous devenus un royaume de sang, après la république du sang des martyrs ? Mystère.

Kamel DAOUD

The post Comment l’Algérie a-t-elle pu devenir une monarchie ? Par : Kamel DAOUD appeared first on Algérie Focus.

[Lire l'article complet sur le site source... ]

Comment l’Algérie a-t-elle pu devenir une monarchie ? Par : Kamel DAOUD

Flux RSS de la Source : La rédaction Le 19 October 2013 @ 08:20

Bouteflika

Les mauvaises langues le disent : cela ne sera pas le 4ème mandat d’Abdelaziz Bouteflika, mais le premier mandat de Saïd, son frère. « Et le pire, c’est qu’il se trouvera dans ce pays des gens qui vont applaudir la formule et l’expliquer comme une solution unique au pays », comme le fait remarquer un ami.

Question de fond : comment les Bouteflika ont-il pu convertir une république à la longue tradition collégiale en une monarchie de famille avec sujets, Makhzen, affidés, serviteurs, cour et palais ? Par quel tour de force peut-on faire basculer une nation entière dans un royaume ? C’est tout le mystère « Saïd », disent les mauvaises langues. Trop de rumeurs, d’on-dit, de propagandes, de désinformations ont vite fait de placer le frère dans le statut du Général X, mais en formule civile. Saïd est dit derrière le doigt tremblant de Abdelaziz qui signe les listes et les nominations. On le prétend derrière les coups de fils de l’Oukaze, le harcèlement de Hichem Aboud, la distribution des grands contrats, l’ANSEJ nationale et l’ANSEJ international (distribution des ressources du pays pour gagner des soutiens électoraux). Le frêle ex-syndicaliste serait donc l’avatar du général Mediene et avec les pouvoirs du DRS dans un seul répertoire téléphonique. Sa force ? La légitimité de son frère. C’est ainsi que certains expliquent l’empire supposé de ce frère.

Bouteflika (le Abdelaziz) est désormais légitime : on ne peut pas le tuer, le démissionner, le chasser ou le renvoyer sans dégâts internationaux graves. Pire encore, le bonhomme aurait affaibli ses adversaires et clientélisé ses soutiens au sens le plus large. A la fin, la république se monarchise dit-on, par simple jeu de chiffres et de deniers. Du coup, son frère devient encore plus puissant dès que le frère devient plus malade.

Mais Saïd est-il l’imminence grise, le Raspoutine de notre décennie ? Est-il si puissant ou veut-on seulement accabler l’homme pour mieux le décréditer ? Est-ce un mythe ou une diffamation sans fin ? On ne sait pas. La tradition algérienne aime le jeu d’ombres. Si le Général X n’existait pas, l’opinion algérienne un peu paranoïaque depuis sa dernière guerre de libération, l’aurait inventé. Pour ceux qui se souviennent, le cas Saïd rappelle un peu le cas des Bouroukba de l’époque Chadli. Ou de la fameuse zaouïa de Mostaganem. Les Algériens aiment ce people de la clandestinité. Cela explique mieux le politique et déresponsabilise dans le confort. Les apparences sont trompeuses mais, surtout, chez nous elles sont tenues pour être décevantes. Autant se fabriquer un mythe Saïd ou en profiter comme le ferait Saïd.

Le Quatrième mandat ? Selon les uns donc, cela sera Bouteflika. Le frère, pas l’actuel. L’actuel étant malade, lent et incapable de mene rcampagne, il servirait de prête-nom à cette stratégie de succession fermée. Possible. Reste que c’est inexplicable : comment l’Algérie si rebelle, si émeutière, si méfiante envers le monarchisme, si moqueuse du règne alaouite voisin, allergique au personnalisme au point d’avoir enterré Messali sans honneur, en est venu à ceci ? Comment sommes-nous devenus un royaume de sang, après la république du sang des martyrs ? Mystère.

Kamel DAOUD

The post Comment l’Algérie a-t-elle pu devenir une monarchie ? Par : Kamel DAOUD appeared first on Algérie Focus.

[Lire l'article complet sur le site source... ]





    dzonline.net est un site dédié à l'Algérie. Vous y trouverez les dernières actualités du pays ou d'ailleurs, ainsi que des infos utiles. Le contenu est dépourvu de publicités polluantes assurant au visiteur une lecture agréable.